BADR SIWANE : “ L’échec n’est que la suite logique du processus pour gagner”

by La Rédaction

Le triathlète marocain Badr Siwane, prépare les Jeux Olympiques. Rencontre avec le champion franco-marocain pendant une série d’entrainements. Par yamna ouadi

Quel sport aimez-vous pratiquer ?

Le sport que j’ai pratiqué c’est le triathlon mais sinon c’est le vélo car c’est un sport qui permet de s’évader tout en découvrant des paysages exceptionnels. 

Quel sport aimez-vous regarder ?

Le foot, comme tout le monde ! Mais sinon, je suis plus tennis et biathlon, ce sont des sports intéressants.

Quel est le meilleur exercice du matin ?

La natation sans hésiter ! Le matin c’est l’idéal et surtout à jeun. 

Quel exercice vous donne de l’énergie ?

Le triathlon me donne de l’énergie, mais me fatigue aussi, quand à la fin de la journée j’ai fait 6H de sport. 

Quelle est votre meilleure routine pour vous détendre ?

Je donne mon secret ! (Rires). Je prends un bon jus de fruit pressé puis un bon étirement pour commencer la journée dans les conditions idéales. 

Comment récupérez-vous après l’effort ?

Il faut bien s’hydrater et surtout manger des protéines dans les 30 minutes qui suivent l’effort.

Que mangez-vous avant ou pendant la compétition ?

Avant la compétition j’ai un rituel qui est une sorte de chocolat à l’eau (avec tout ce qu’il faut pour une compétition intensive), c’est quelque chose comme un gâteau- sport.

Quel est votre rituel de concentration ?

J’écoute ma playlist sur Spotify  

A quoi pensez-vous avant la compétition?

Je pense à tout ce que j’ai enduré durant les entraînements et à la gagne et comment réussir le processus pour gagner 

Comment préparer une épreuve comme les Jeux Olympiques ?

La préparation commence depuis tout petit en réalité pour être au top. Mais sinon, c’est 4,5,6 ans de sacrifices pour réussir à atteindre les Jeux olympiques. C’est un processus où on s’entraîne 27/30H par semaine, où l’on se fixe des objectifs à court et moyen terme pour atteindre les jeux olympiques, ce qui est sûr c’est que l’on se donne à 200% pour  » essayer » de réussir. 

A quoi pense-t-on quand on gagne ?

A tout ce que l’on a enduré pour y arriver et tous les sacrifices mis en place

Comment se relever après l’échec ?

L’échec n’est que la suite logique du processus pour gagner. Sans échec on ne peut pas gagner. 

Vous aimerez aussi