Victoires de la musique 2016: “Homeland” de Hindi Zahra rafle la mise

by Abdelhak Najib

“Homeland”, le nouvel album de Hindi Zahra a été sacré meilleur album de musiques du monde 2016 aux victoires de la musique. Cela vient confirmer le grand succès de son premier album, vendu à plus de 135.000 exemplaires, Handmade. Pour cette khrebgiya d’origine, les racines musicales berbère, arabe et africaine, mélangées à d’autres rythmes du monde donnent un cocktail de bonne facture. 

Deux albums et voilà qu’une carrière s’inscrit en force dans les annales de la musique. Déjà avec Handmade, Hindi Zahra, la chanteuse d’origine marocaine, a marqué les esprits. Avec Homeland, elle est sacrée meilleur album de musiques du monde 2016 aux victoires de la musique.
Il faut dire qu’il y a de quoi. La chanteuse s’inscrit volontiers dans la droite lignée des Polly Jean Harvey et Björk. Un mélange de profondeur et de vécu qui rend sa musique très personnelle, atypique, avec des sinuosités propres. Hindi Zahra affiche son interculturalité dans un monde de clivages et se joue des repères préétablis. C’est là aussi sa grande force. Quand on lui pose la question de ses origines, elle répond sans ambages: «Berbère née au Maroc». Tout un programme qui fait que la chanteuse aligne les langues dans un registre qui va de l’amazighité à l’anglais en passant par le français et d’autres dialectes. Le tout dans un assemblage chanté qui fait fondre les frontières culturelles. Pour son premier album, où les tonalités multiples s’entrechoquent, Hindi Zahra s’explique : «J’avais envie de mettre en valeur la langue berbère, mais pas de faire tout l’album en berbère. Je ne suis pas une raïssa, une chanteuse traditionnelle. J’ai d’autres cultures en moi et je veux pouvoir toutes les exprimer. Mais je prépare d’autres chansons en berbère, qui est la langue de mes origines, celle dans laquelle j’ai grandi.»

Tonalités du terroir
L’entourage où a grandi Zahra était propice à l’art. En dehors du père militaire, toute la famille flirte avec le chant et la scène. Une mère au foyer, comédienne à ses heures et chanteuse reconnue au village et des oncles musiciens, branchés par la scène post-psychédélique du Maroc d’alors. Elle grandit ainsi, à l’écoute des divas du raï et du châabi, découvre Oum Kaltoum, se prend d’amour pour le blues du sable d’Ali Farka Touré et de la folk sensuelle d’Ismaël Lo. Que de la musique enracinée, gorgée de vécu et propice aux ouvertures vers d’autres sonorités. Et c’est cette brèche qu’elle se crée quand elle rejoint son père à Paris. Très vite, elle quitte l’école et dégote son premier boulot à 18 ans au Louvre. Ce qu’on appelle le destin. «J’ai rencontré l’art. J’étais une enfant contemplative avec la nature. Les tableaux me procuraient la même sensation.» L’art trouve en elle son expression. Zahra change, grandit, franchit un cap. Ce n’est plus une adolescente, mais une femme qui veut faire son sillon aussi profond que ses racines. « Le son a toujours nourri mon imaginaire.» Elle se met à écrire et à composer sa musique, inspirée et nourrie «Pour la musique, je peux travailler très dur et très longtemps.» Avant de passer devant le micro, celle qui apprécie « le groove afro-américain », Aretha Franklin, James Brown, 2Pac, et autre Tribe Called Quest en particulier, a appris le métier derrière les autres en choriste soul teintée de hip hop. « Les machines et les boucles m’ont vite lassée, mais ça m’a permis de savoir ce que je voulais. » La voie royale est tracée.

Jazz quand tu nous tiens
L’autodidacte de la musique griffrone une cinquantaine de titres en un an. Elle en extrait deux perles. “Oursoul” sonne comme un chant pour les origines. « Notre esprit » en anglais prend vite des allures de manifeste. Hindi Zahra y évoque les rêves déchus d’une fille promise au mariage. Thème classique, mais jamais traité en musique. Suit alors le beau“Beautiful Tango”, belle balade dans les affres de l’amour. Un titre culte qui fait de Zahra, une icône de la scène moderne en France. « J’étais sûre de cette petite musique et soulagée que cette mélodie arrive enfin avec son écrin de mots naturellement.» Le morceau-titre est applaudi par “The Wire”, le mensuel de référence des musiques exigeantes outre-Manche décelant en elle la digne héritière de Billie Holiday. « Le jazz, c’est le seul endroit où j’ai pu reconnaître des notes de chez moi. Le jazz, c’est la liberté de créer. C’est une grande école. » On se rend aussi compte que la musique jouée et chantée par Zahra ne ressemble à rien de ce qui se fait dans la musique ambiante. On découvre une chanteuse habitée par la terre, concernée par le monde et la vie, engagée sans le dire dans un retour aux origines. De cent titres, elle choisit une dizaine et édite un premier opus tranchant. Zahra est une grande chanteuse. Elle ne sera jamais Kylie Minogue. Cela ne l’intéresse pas. Mais elle perpétuera la grâce livrée par ces troubadours qui matérialisent en mots et sonorités leurs ethnies et leurs cultures. « J’écris un texte ; je vais jouer un riff, j’enregistre les guitares et éléments rythmiques. Et après je pose et j’ajuste les mots.» Et on trouve des bribes de Farka Touré, du Blues angoissé passé à la moulinette berbère, un mélange d’instruments arabes, andalous et européens, pour l’une des plus belles créations mélodiques de l’année. Le reste de l’album vacille entre plusieurs univers créant toujours le sien propre. Zahra fait son chemin plus près de l’authenticité. Celle dont parle ses textes, des histoires « d’amour, toujours » mais aussi la vie des gens, « tout simplement ».

Destin universel
L’alliance hautement improbable entre des textes puissants et une musique qui ne l’est pas moins fait de cet album une perle rare. C’est avec délice qu’on navigue dans l’univers aquatique de Hindi Zahra, un univers aux émotions fluctuantes et communicatives. Une voix acidulée, lascive, qui flotte sur les arythmies de son coeur berbère et de mélodies hors temps, il faut être sacrément amoureux des beaux textes pour savourer la quintessence d’une musique qui va à l’essentiel. Sans lourdeur, avec une légèreté innée, Handmade et Homeland, se font devant nous, au fil des notes. Et voilà que la petite Zahra aux origines, à la fois touaregs et kabyles, qui a grandi à Khouribga, nous offre ses guitares sèches, chante des bribes de vie éparpillées entre la France, l’Andalousie, l’Orient, les Etats-Unis. Ce qu’on nomme un destin universel. Comme un retour aux sources.
Handmade, 2010.
Homeland. 2015.

[thb_gap height=”20″]

 

Vous aimerez aussi