Youssef Chaqor : Le sens de l’engagement

by La Rédaction

Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ! Un adage que Youssef Chaqor a utilisé à bon escient en lançant son entreprise écologique Kilimanjaro Environnement. Objectif: collecter et transformer les huiles alimentaires usagées en biocarburant. Le lancement de l’application Eko-Geste Dari le conforte dans cette position puisqu’il s’agit d’atteindre et de sensibiliser les foyers marocains et, surtout de leur faire réaliser la nécessité de trier leurs déchets ménagers. Blagueur mais lucide quant à l’ampleur de sa tâche, Youssef Chaqor est certain que le Maroc ne peut qu’évoluer dans la protection de Dame nature et ne lésine sur aucun effort pour mener à bien sa mission. Entretien avec un chef d’entreprise des plus écolos.

   

Avez-vous réalisé vos objectifs depuis la création de votre entreprise Kilimanjaro Environnement ?
De façon générale, Kilimanjaro Environnement a pour objectif de développer la filière de production de biocarburant à partir de matières grasses usagées d’une part, et de démocratiser le tri-sélectif chez les foyers marocains à travers l’usage de nouvelles technologies d’autre part. Ces deux ambitions ont pour principal cheval de bataille la lutte contre l’informel via la mise en place des réglementations nécessaires, la professionnalisation du secteur, la promotion de l’utilisation du biocarburant, la création d’impact social et d’emplois verts durables, et l’encouragement de l’aide à l’investissement pour l’émergence de la filière.
Tous nos efforts vont donc dans ce sens, certains résultats commencent à se faire ressentir, tandis que l’on continue à lutter pour la mise en place d’un cadre légal et adapté qui permettra à la filière de croître de façon plus pérenne.
D’un point de vue marché, Kilimanjaro Environnement maintient aujourd’hui ses objectifs de leader en termes de taux de pénétration sur le métier de la collecte et de la transformation des huiles alimentaires usagées du marché formel.

Vous contribuez à la création d’emplois et militez pour la protection de l’environnement. Quels sont les moyens et ressources que vous avez mis en place pour sensibiliser tous les acteurs de la société ?
En tant que jeune PME, nous nous investissons continuellement dans un écosystème entrepreneurial durable visant à impliquer et sensibiliser les différents acteurs du secteur, qu’ils soient privé, étatique ou société civile. Nous intervenons très régulièrement sur des évènements visant à promouvoir notre mission sociale et environnementale, et à encourager et sensibiliser d’autres startups mais également des entreprises de plus grande taille à aborder leur approche marché sous un angle à fort impact social et environnemental.
Nous avons à nos côtés des partenaires engagés tels que l’association Heures Joyeuses spécialisée dans la réinsertion sociale et avec qui nous collaborons régulièrement pour le recrutement de nos équipes terrain.
Nous faisons également la promotion du statut d’auto-entrepreneur auprès des opérateurs de l’informel dans les métiers de collecte de déchets, qu’ils soient des chiffonniers ou de petites « entreprises non déclarées » afin de les accompagner à se convertir au marché formel.

En créant l’application 2.0, Eko-Geste Dari, votre entreprise franchit une seconde étape dans la collecte des huiles alimentaires usagées en ciblant aujourd’hui, les particuliers. Comment pensez-vous les convaincre de l’importance de cette initiative ?
Afin d’impliquer les foyers marocains dans une approche éco-responsable de gestion de leurs déchets ménagers, nous avons mis en place il y a bientôt deux ans, un projet de collecte à domicile axé principalement sur la sensibilisation et l’éducation du consommateur. Ainsi, dans les quartiers où nous opérons, nous procédons de façon continue au déploiement de campagne de sensibilisation en porte à porte, dans les commerces de proximité et auprès des écoles, afin de rencontrer notre cible, la sensibiliser aux impacts écologiques néfastes de différents déchets comme par exemple, les huiles alimentaires usagées ou encore le plastique. En parallèle, nous mettons en place des mécaniques logistiques permettant au foyer de se débarrasser à tout moment de son déchet, soit en commandant une collecte, soit en l’adressant à un point d’apport volontaire de proximité que l’on a nous-mêmes instauré. L’idée étant, qu’il ne suffit pas de sensibiliser le foyer, il faut également pouvoir lui apporter des solutions concrètes, simples et faciles d’usage.
Enfin, à travers notre application Eko-Geste Dari, nous avons développé un guide du tri-sélectif dans lequel le foyer peut trouver toutes les réponses à ces questions que ce soit sur la façon de trier les différents types et sous catégories de déchets, ou encore leur impact environnemental. Nous véhiculons également des messages de sensibilisation et bons conseils à notre cible à travers les médias sociaux principalement et sur nos supports de communication (véhicule, print, marques partenaires, point de vente etc. …)

Considérez-vous l’expansion de votre activité, en créant des unités de collecte aussi bien auprès de professionnels que de particuliers, dans d’autres pays d’Afrique ? Si oui, quelle est votre stratégie à ce niveau?
En effet, Kilimanjaro Environnement souhaite à termes pouvoir se positionner en tant que leader dans la filière de production de biocarburant sur la zone MENA. Pour cela, nous avons un ensemble de pays dans le pipe en cours d’études de marché afin de s’y étendre à très moyen terme, principalement en Afrique dans un premier temps. Nous avons d’ailleurs effectué notre première opération d’internationalisation en Algérie il y a 3 ans, avec le lancement d’une activité de collecte à Alger, ainsi que d’autres villes voisines.

Quelles sont les actions que votre entreprise va mener en parallèle à la COP 22 ?
Nous intervenons à la COP22 sur différentes thématiques et actions.
D’un point de vue filière, nous représenterons le secteur à travers l’association Marocaine des collecteurs et valorisateurs d’huiles alimentaires usagées et corps gras dans le cadre de la Coalition Valorisation de Déchets qui organisera notamment un side-event le 09 novembre prochain.
Nous aurons également une mise en avant de notre activité en partenariat avec le ministère de l’Environnement ainsi que le ministère de l’industrie sur leur stand respectif. Notre objectif étant de sensibiliser et exposer les différentes parties prenantes aux enjeux de la filière ainsi que ses potentialités économiques, environnementales et sociales.
Dans un tout autre registre, notre application Eko-Geste Dari à travers notre marque ombrelle Eko-Geste ayant été primée marque la plus innovante au Maroc en 2016 par l’OMPIC, nous serons également présents sur le stand de l’office afin d’exposer cette nouvelle solution 2.0 et la mettre en avant auprès de notre public cible.
Enfin, Kilimanjaro Environnement à travers sa nouvelle business unit de solutions innovantes et intelligentes en matière de gestion de déchets, accompagne depuis quelques mois un certain nombre d’entreprises privées, et multinationales sur des actions de sensibilisation de leurs consommateurs et parties prenantes aux enjeux environnementaux, ainsi que l’adoption de pratiques éco-responsables tout le long de leur chaines de valeur. Dans ce cadre-là, nous accompagnerons également nos partenaires dans leurs évènements et side-event liées aux thématiques en question.

Quelles sont les retombées de la COP 22 sur votre entreprise ?
En tant qu’entreprise marocaine opérant dans l’économie verte, nous souhaiterions que la cop22 marque une transformation économique de l’environnement économique et réglementaire, que ce soit l’occasion d’impulser de nouvelles réformes permettant l’émergence de filières performantes dans les métiers verts.
Pour être plus précis, nous voudrions que la cop22 soit un point de transformation dans la société chez les Marocains en tant que citoyens, et dans l’environnement adapté aux affaires de l’économie verte. Cela doit se faire via les réglementations nécessaires, les incentives fiscales à l’investissement, la mise en place de nouveaux modes de gouvernance qui sont nécessaires à l’économie circulaire et de l’entrepreneuriat vert en général. Ceci s’applique à notre filière comme à l’ensemble des filières de recyclage aujourd’hui présentes sur le marché et souffrant des mêmes freins au développement.

Quels sont les projets que votre entreprise a en cours et ceux à venir ?
Kilimanjaro Environnement continue à s’investir dans les métiers de la collecte et transformation de déchets, et plus particulièrement dans la mise en place de solutions innovantes et intelligentes en matière de gestion de déchets.
Dans ce sens, l’entreprise travaille sur quatre projets de développement majeurs :
1. La diversification des matières premières utilisées pour la production de biocarburant
2. La mise en place de système de tri et collecte innovants des déchets ménagers
3. L’expansion de notre unité de traitement et de production de biocarburant
4. L’expansion de notre activité dans d’autres pays de la zone MENA.

Vous aimerez aussi