Les films à voir en 2021

by La Rédaction

Après la Mostra de Venise, premier festival de cinéma de catégorie A à voir le jour après le déconfinement, de nombreux films sont attendus comme le Messie. Zoom sur les oeuvres à ne pas rater en 2020 et 2021.  

  One Night in Miami  de Regina King

Film adapté d’une pièce de théâtre de Broadway par Regina King, « One night in Miami » est une oeuvre aussi intense que forte. C’est l’histoire d’une nuit particulière en 1964 où quatre destins se croisent : Cassus Clay, Sam Cook, Jim Brown et Malcom X. C’est surtout la nuit où Cassus devient Mohamed Ali, où Sam Cook passe de Mr Soul à Mr Change, où Jim Brown change de carrière et où Malcom X sait qu’il va bientôt mourir. Un film d’une intensité rare où presque rien ne se passe, mais tout se dit, où la tension psychologique est omniprésente à travers la force du texte et le pouvoir de l’engagement de tous ces hommes. Un film porté par des prestations d’acteurs incroyables. 

Nomadland  de Chloé Zhao

Lion d’or de la Mostra de Venise, le film de Chloé Zhao est débordant d’humanité. Un film sur les nomades, les âmes en peine qui trouvent en la route une thérapie, les sans maisons fixes comme ils aiment se faire appeler et non les sans domiciles fixes. Car un domicile, ils en ont. C’est leur caravane et ce qu’elle leur apporte comme lots de rencontres et d’aventures. Que ce soit dur ou chaotique, la vie vaut la peine d’être vécue et le retour à la normale est de plus en plus difficile. Voire impossible. Un film d’une grande sincérité, qui ne juge pas, qui filme ses personnages avec amour et qui prend la grandeur de la nature avec courage. Un film porté par la grande Frances McDormand, qui donne un supplément d’âme à une oeuvre déjà importante et nécessaire. 

Nuevo Orden de Michel Franco

Et si les pauvres prenaient le pouvoir sur les riches ? C’est le nouvel ordre que propose le réalisateur mexicain, Michel Franco, avec un film aussi étonnant que radical. Dans le Mexique d’aujourd’hui, où la pauvreté, les inégalités sociales et la corruption règnent, le pays est à l’agonie et les pauvres s’appauvrissent quand les riches s’enrichissent. Lors d’une fête célébrant les noces d’un couple de la haute bourgeoisie mexicaine, des manifestants assiègent le jardin, puis le domicile et c’est l’hécatombe. Le film qui a reçu le lion d’argent, a été autant applaudi que hué. Sa radicalité ne sied pas à tout le monde. Une oeuvre forte qui va faire jaser. A ne pas rater !

 Careless Crime de Shahram Mokri

Dans un film plein de délicatesse malgré le poids du sujet, Shahram Mokri propose un « Careless Crime » qui a touché Venise cette année. Le film revient sur un fait divers traumatisant, d’il y a 40 ans, où un cinéma mythique de Téhéran a été brulé par les extrémistes avec des centaines de spectateurs, pour la plupart des jeunes étudiants, à l’intérieur. Un film puissant, raconté avec poésie même si le sujet est dur. Une oeuvre fluide sur la notion du temps et de l’engagement. « C’est une histoire, certes qui s’est passée il y a 40 ans, mais je me suis demandé s’il elle pouvait se passer dans le présent ou dans le futur. Cette tragédie fait écho à plusieurs autres au Moyen Orient. Au début du film, il y a un film en noir et blanc, un clin d’oeil au cinéma muet, au cinéma d’avant» précise le réalisateur. 

Vous aimerez aussi