Bab El Kebir accueille le jardin intime de Malika Demnati : « Nature vive » … par la grande porte !

by Mohamed Ameskane

Organisée sous l’égide du Ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, « Nature vive » est donnée à voir à Bab El Kebir (la grande porte) des Oudayas de Rabat. Un monumental monument almohade qui résume la quintessence des strates d’un Maroc mosaïque et pluriel.  

Après l’accrochage du « le vivre ensemble » dans ledit espace en 2019, Malika Demnati El Mansouri nous revient avec « nature vive », une exposition sous le signe de l’écologie et un hymne   à   la coexistence, au respect des différences et à la tolérance. « Cette nouvelle exposition dans ce lieu mythique et intimidant qu’est Bab El Kébir sera une promenade du jardin à la mer, comme l’est le parcours magique des Oudayas, de son merveilleux jardin andalou vers la plage de Rabat… » écrit l’artiste dans le beau catalogue édité par Graphely à l’occasion. 

Des plantes, des fleurs et des couleurs. Datura jaune, dombaya rose, hortensia, medinilla, aloe vera, agave bleue, les citrons bio, figuier de Barbarie, coquelicots, mimosas… Vert de Hooker, rose de quinacridone, turquoise clair, bleu outremer clair, turquoise de cobalt, vermillon, vert jaune, bleu azur, rouge sennelier, vert anglais clair, jaune de Naples foncé, orange de Chine… Les toiles, de diverses dimensions et supports, s’offrent à notre regard. Elles se suivent, se communiquent, se complètent dans une profusion de tons et de matières. Des détails sont scrutés à la loupe et agrandis avec un traitement mi- réel mi- imaginaire. Éblouissants sont ces fonds bleu nuit ! 

Une grande partie des œuvres sont exécutée au temps du Covid.  Le temps de l’appréciation des petits plaisirs de la vie et du questionnement sur soi. Une fois le confinement terminé, retour à l’espace public, à la plage, à la mer. Et c’est le vivre ensemble que continue de célébrer Malika Demnati sur les sables dorés des plages de Rabat. Des femmes voilées, d’autres en maillots de bain, des enfants qui se chamaillent, des couples qui se tiennent la main…  Huile sur toile, photographie et pastel à l’huile sur carton…des œuvres où les personnages s’animent, suspendus dans des espace-temps infinis évoquant un Maroc éternel et multicolore ô combien cher à la plasticienne.

Née en 1964, Malika Demnati El Mansouri obtient son Baccalauréat en 1983 au Lycée Descartes à Rabat et part pour une formation d’ingénieur horticole en Allemagne. De retour au Maroc, diplôme en poche, elle crée une pépinière avant de lancer avec la complicité de son époux, Hassan El Mansouri, l’agence Graphely, un studio d’art graphique, spécialisée dans le pré presse, l’édition de livre d’art, la photographie, la reproduction d’œuvres d’art et l’impression.

Petite fille de l’artiste Geneviève Barrier Demnati (1893-1964), à qui elle consacre un beau livre-hommage, Malika Demnati El Mansouri, qui a suivi les cours de peinture dans l’atelier de Raymonde Rousseau et une formation de graphiste, expose depuis le début des années 90. 

Vous aimerez aussi