Karim Idbihi : Génération dorée

by Nadia Sefraoui

Auteur de plusieurs ouvrages dont le dernier en date « Le Maestro Dolmy », Karim Idbihi est, depuis 1997, fondateur du mensuel sportif Al Boutoula. Retour sur un onze national dont les prouesses du passé semblent à jamais révolues.  

Souvenir marquant de votre carrière de journaliste sportif?
Après 32 ans de carrière, mon souvenir éternel est celui du match de demi-finale Maroc-Egypte disputé au Caire en 86. Les Lions de l’Atlas venaient d’être qualifiés pour la deuxième fois à la Coupe du monde du Mexique. Avant le début de cette Coupe d’Afrique, le Maroc était grand favori grâce à son équipe composée de grands joueurs comme Zaki, Bouderbala, Timoumi, Dolmy, El Hadaoui, Krimou et bien d’autres. Malheureusement, l’arbitre et la CAF les ont évincés en permettant à l’égyptien Tahar Abouzayd de se joindre à la partie. Ce dernier n’avait aucun droit légal de jouer puisqu’il avait déjà deux avertissements. Et c’est à la dernière minute qu’il a été l’auteur de l’unique but de cette rencontre.

Le match marquant?
La demi-finale entre le Cameroun et le Maroc au complexe Mohammed V à Casablanca en 1988. Le fait marquant de ce match a été le tacle presque mortel de la part du camerounais Kana Biyik à l’encontre du défenseur central le rajaoui Hassan Mouhid. Ce dernier, a perdu conscience pendant 48 heures suite à cette agression. A un moment, tout le monde pensait que Mouhid était mort sur le terrain.

Une anecdote ?
Il y en a plusieurs. La meilleure date de 86 lors des éliminatoires de la Coupe d’Afrique. Pour le match retour Casa-Zaïre, l’équipe et moi-même avons effectué le voyage en pleine brousse. Vraiment, nous avons traversé des forêts regorgeant d’animaux sauvages ! Hssina n’a pas arrêté de me taquiner et de me donner la frousse à chaque soubresaut. 16 heures en autocar qui restent mémorables malgré la route qui semblait interminable pour tous. Pour dire que le onze était prêt à tout pour remporter la victoire. D’ailleurs, il a été qualifié grâce au joueur, amateur à l’époque, le grand gardien Badou Zaki qui a défendu les buts jusqu’au bout.

Que pensez-vous de l’équipe nationale en place en ce moment?
Franchement, c’est une équipe qui n’a pas l’étoffe d’être champion d’Afrique à cause de plusieurs raisons qui seraient trop longues à expliquer ou débattre pour le moment.
Le Maroc a-t-il une chance à la CAN 2017?
Comme citoyen marocain, j’espère que le Onze national va aller loin, du moins jusqu’au premier tour. Cependant, la réalité et la logique disent le contraire.

Quel est votre pronostic final pour la CAN 2017?
Comme d’habitude, il y aura beaucoup de surprises mais je pense que la Côte d’Ivoire a beaucoup de chance de l’emporter.

Vous aimerez aussi