Tricot, tremblements et Thé Marocain : L’aventure Berbère de Branson entre mailles et solidarité

by La Rédaction

Dans un post vibrant d’humanité et de partage, publié sur Facebook il y a trois jours, Richard Branson a offert un aperçu intime et inspirant de son engagement profond envers les communautés marocaines, capturant l’attention de ses plus de 4,5 millions de followers. La photographie qui accompagne le texte montre Branson dans un moment de pure simplicité et de modestie, versant du thé marocain, une pratique emblématique de l’hospitalité et de la culture marocaine. Cette image se distingue par sa capacité à révéler une facette moins connue de Branson, loin de l’image de l’entrepreneur milliardaire, et plus proche de celle d’un individu authentiquement engagé dans le tissu social des communautés qu’il soutient.

Le récit commence par l’achat de la Kasbah Tamadot en 1998, un établissement désormais intégré à la collection Virgin Limited Edition, et se concentre sur une histoire touchante de connexion humaine. Peu après l’acquisition, la mère de Branson a traversé la vallée pour rencontrer les habitants des villages locaux, marquant le début d’une relation profonde avec la communauté. Elle a rencontré Fatima, une jeune femme qui l’a invitée à partager un thé à la menthe. Cet échange simple a conduit à la création d’un groupe de tricot, où plus de 30 femmes se sont réunies pour apprendre et partager un nouveau savoir-faire, dans l’esprit de l’entraide et de l’empowerment.

C’est de ces premières interactions que l’Ethos de la Fondation Eve Branson (EBF) a émergé, avec pour mission de soutenir l’autonomie des communautés locales tout en préservant leur riche patrimoine berbère. L’initiative a pris racine et s’est développée, incarnant l’esprit de solidarité et d’engagement.

Le post relate également un défi récent et significatif : un tremblement de terre dévastateur survenu six mois auparavant, qui a gravement endommagé le centre d’études nouvellement restauré de l’EBF. Face à cette adversité, la fondation a réagi rapidement, garantissant que les étudiants disposent du matériel nécessaire pour poursuivre leurs études à distance, avant de mener à bien une restauration extensive. Grâce à la générosité des donateurs au fonds de secours pour le tremblement de terre de l’EBF, le centre est prêt à accueillir de nouveau les étudiants, témoignant d’une résilience remarquable et de l’impact durable d’un engagement communautaire authentique.

Ce récit, partagé par Branson sur Facebook, n’est pas seulement une fenêtre sur les projets philanthropiques qu’il soutient, mais aussi une source d’inspiration, montrant comment la solidarité, l’entraide et un engagement sincère peuvent transcender les difficultés et forger des communautés plus fortes et plus unies.

Vous aimerez aussi