Jidar 2024 : quand les murs de Rabat racontent des histoires multiculturelles

by La Rédaction

Depuis le 18 avril, Jidar – Rabat Street Art Festival a déployé ses nacelles à l’assaut des murs de la capitale. Sous l’œil intrigué des Rabatis, douze nouvelles fresques murales sont en train de prendre forme dans divers quartiers de la ville.

Abstraites, graphiques ou hyperréalistes, leurs œuvres se situent à la croisée des cultures. À l’instar de la fresque de Kaori Izumiya, qui connecte ses racines japonaises aux influences marocaines. D’un mur à l’autre, on admire la méticulosité de Facio, on se plaît à deviner comment vont évoluer les immenses aplats de couleur de Kartelovic, on identifie les symboles marocains, comme la khmissa chez Alexis Diaz, ou encore la colombe fétiche de Houssam El Ghalal, en référence à son Tétouan natal.

En parallèle, une douzaine de jeunes artistes ont commencé à travailler au sein du mur collectif. Suivant les pas de leurs aînés qui ont fait leurs armes au sein de ce laboratoire expérimental, les aspirants muralistes s’initient cette année sous l’égide de deux grandes figures du street art national : Ed Oner et Basec. Leur défi : opérer une synthèse entre l’univers du graffiti et celui du dessin.

Pendant ce temps, l’artiste espagnol Txemy finalisait les œuvres petit format de son solo show qui se poursuit jusqu’au 5 mai à l’Atelier Ambigu. Lors du vernissage, le compositeur Perdi Rominger présentera une installation sonore faisant écho à son travail. Cette exposition fait partie du projet “OUT/IN STREET ART” conduit par Txemy. Opérant la jonction entre l’espace public et l’espace fermé d’une galerie, l’expérience comprend en outre une performance murale sur une tour du quartier Hay Riad, ainsi qu’une rencontre entre le public et l’artiste programmée aujourd’hui 26 avril dans l’amphithéâtre du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain.

Un autre talk est programmé au même endroit demain 27 avril, pour un échange à bâtons rompus avec les street artistes marocains qui viendront sur scène évoquer leur passion et répondre aux questions des participants. La curiosité du public sera également comblée lors des visites guidées “RABAT ART EXPLORE” ce week-end. Ces parcours d’une heure constituent une occasion unique de découvrir la genèse des fresques les plus emblématiques de Rabat. Généreux en anecdotes, les guides s’expriment en darija, arabe, anglais et français.

Vous aimerez aussi