Jazz au Chellah 2024 : un festival de fusion culturelle

by La Rédaction

Le Festival Jazz au Chellah, revenant du 10 au 12 mai 2024 à Rabat, promet une immersion culturelle unique, où les rythmes du jazz et les mélodies marocaines se rencontrent pour célébrer la Journée de l’Europe et la diversité artistique. Cette 26ème édition du festival, organisée en partenariat avec l’Union européenne et diverses institutions marocaines, symbolise un pont musical entre l’Europe et le Maroc.

Le festival débute juste après la Journée de l’Europe, une date emblématique commémorant la paix et l’unité européenne grâce à la célèbre Déclaration Schuman. Cette synchronisation n’est pas anodine ; elle reflète le désir du festival de fusionner non seulement des styles musicaux, mais aussi des idéaux d’unité et de collaboration interculturelle.

Les performances programmées sont un mélange éclectique de talents, où chaque artiste contribue à cette fusion de cultures. Markus Stockhausen, le trompettiste allemand, et Aziz Sahmaoui, le musicien et poète, combineront le jazz avec des tonalités marocaines pour créer des paysages sonores inattendus. Sarab, avec Hiba Mekkaoui au qanoun, apportera une touche de jazz-rock et de lyrisme oriental, tandis que Daniel Garcia, pianiste espagnol, proposera une fusion audacieuse de flamenco, électro, rock et musiques cubaines, en collaboration avec Driss el Maloumi, virtuose du oud.

Le trio MUNSCH, inspiré par Edvard Munch, et le groupe Urban Folklore s’aventureront dans des compositions mêlant musiques urbaines et folklore marocain. L’Ensemble d’Elise Einarsdotter, avec la chanteuse inuit Léna Willemark, fera découvrir au public un mélange de jazz moderne et de folklore suédois, rehaussé par les rythmes chaleureux du Maroc grâce à Zahra Regragui. Le groupe italien JEMM, avec le Maalem Mokhtar Gania, clôturera le festival en offrant un hommage vibrant au grand maître d’Essaouira.

En parallèle des concerts, le festival enrichira son offre culturelle par des masterclass animées par des artistes de renom et un concert déambulatoire, transformant ainsi les rues de Rabat en une scène vivante de dialogue musical.

Le Jazz au Chellah s’érige en exemple de la façon dont l’art peut servir de médiateur entre les peuples, promouvant la compréhension et l’appréciation mutuelle à travers le prisme de la musique. C’est une célébration de la diversité, une ode à la paix et une affirmation de l’harmonie possible entre différentes cultures.

Vous aimerez aussi