Malika Demnati expose « Le vivre ensemble » à Bab El Kebir

by Nadia Sefraoui

Le vivre ensemble, la coexistence, le respect des différences, la tolérance…sont des thèmes qui inspirent Malika Demnati El Mansouri depuis toujours. Passionnée par les arts depuis sa tendre enfance, marchant sur les traces d’une grand-mère peintre et voyageuse, Geneviève Barrier Demnati (1893-1964), elle dessine et peint son Maroc éternel.  Son thème de prédilection reste le marabout qui est pour elle « …  à la fois toutes les religions qui ont marqué le Maroc au fil des siècles. Et pour moi, il symbolise la tolérance, le mélange des cultures, l’histoire de notre pays ».

googletag.defineSlot('/32994918/36', [[300, 250], [640, 360], [300, 600]], 'div-gpt-ad- 1711625054005-0').addService(googletag.pubads());

googletag.pubads().enableSingleRequest(); googletag.enableServices(); });

Avec « le vivre ensemble », Malika Demnati El Mansouri nous propose à la fois  une nouvelle thématique et une nouvelle manière de peindre. Après les marabouts, les paysages, les natures mortes, les ruelles, les balcons et les portes des anciennes médinas …elle étale sur ses toiles  des êtres vivants.  Le déclic s’est produit un jour à la plage de Bouznika où elle a « …vu se croiser deux identités, deux personnalités, deux mentalités, deux vies tellement différentes, avec une indifférence sereine, une femme en burqa et une femme en bikini…Cette vision m’a touché et donné une furieuse envie de peindre, surtout de peindre ce Maroc que j’aime tellement, si tolérant, si divers et différent à la fois. »

Au long de journées entières, elle observe le quotidien  des estivants, des femmes seules, en couple, avec leurs enfants…vêtus de toutes les manières possibles, elles  se croisent dans le respect mutuel. A l’occasion du 8 mars, jour du vernissage, Malika Demnati El Mansouri leur rend le plus vibrant des hommages. Et nous convie à l’appréciations d’œuvres, entre photos suggérées, peintures à l’huile et aquarelles sur papier kraft, l’ensemble défile tel un journal d’artiste qu’on feuillette ou  la chronique de Bouznika plage. L’exposition, organisée par le ministère de la culture et de la communication,  est donnée à voir à Bab El Kébir (la grande porte) des Oudayas de Rabat. Un monumental monument almohade qui résume la quintessence des strates d’un Maroc mosaïque et pluriel.

Du 08 au 26 mars 2019, Bab El Kebir, Oudayas-Rabat

[mpc_grid_images preset= »mpc_preset_4″ images= »18772,18771,18770,18769″ cols= »2″ gap= »3″ image_size= »large » image_opacity= »100″ effect= »none » image_hover_opacity= »100″ overlay_icon_align= »top-right » overlay_enable_lightbox= »true » overlay_icon= »mi mi-fullscreen » overlay_icon_color= »#333333″ overlay_icon_size= »30″ overlay_icon_background= »rgba(255,255,255,0.5) » overlay_icon_margin_divider= »true » overlay_icon_margin_css= »margin-top:25px;margin-right:25px; » overlay_hover_color= »#555555″ image_inner_border_css= »box-shadow: inset 0px 0px 0px 10px rgba(255,255,255,0.01); » image_hover_inner_border_css= »box-shadow: inset 0px 0px 0px 10px rgba(255,255,255,0.75); »]

Vous aimerez aussi