Séisme à Al Haouz. Comment faire de la région dévastée un modèle de régénération rurale

by La Rédaction

Dans cet article l’auteur encourage la poursuite des efforts de reconstruction de la région dévastée par le séisme tout en mettant en avant quatre principes fondamentaux pour guider ce processus : préserver le caractère de la région, accroître la durabilité, améliorer le fondement économique et augmenter la qualité de vie globale. L’auteur insiste sur la nécessité d’une approche holistique pour la régénération de la région tout en préservant son patrimoine culturel à travers la promotion de la durabilité.

Le poids de la tragédie du séisme d’Al Haouz est insupportable. Même pour ceux d’entre nous qui étaient loin ou qui n’ont peut-être pas subi la perte de membres de leur famille ou contracté de graves blessures. Cela a sans aucun doute un impact beaucoup plus fort sur ceux directement touchés. Nos cœurs, nos pensées et nos prières vont à nos frères et sœurs de la région. Ces événements mettent à l’épreuve leur force et leur foi, et il est crucial que nous continuions à les soutenir.

A ceux qui ont apporté leur aide, nous vous remercions sincèrement. Veuillez poursuivre vos efforts. A ceux qui n’ont pas encore contribué, comprenez que c’est un processus en plusieurs étapes, et vous aurez de nombreuses occasions de le faire. Maintenons notre rythme et notre engagement jusqu’à ce que chaque survivant et chaque personne touchée puisse retrouver une certaine forme de vie normale. Il est difficile de mettre en mots les défis auxquels chacun d’entre eux est confronté à la probabilité qu’un ou plusieurs décèdent ou soient gravement blessés.

Lire aussi | Une convergence remarquable de talent et de cœur !

Beaucoup de mes collègues de l’immobilier et mes concitoyens ont discuté des urgences et des besoins immédiats, y compris des commentaires sur la reconstruction, les normes de construction et les stratégies de revitalisation de la région. Le gouvernement a annoncé un plan de reconstruction, et c’est en effet une priorité. Je n’ai aucun doute à ce sujet et je souhaite du succès à tous ceux qui sont impliqués dans la planification et la mise en œuvre.

Université d’été de Bucium (Roumanie) : Un modèle pour la régénération du patrimoine culturel rural.

En tant que citoyen préoccupé et quelqu’un qui aime cette région, j’aimerais partager quelques réflexions ou vœux avec les acteurs de la réhabilitation du côté du gouvernement. Bien que je ne sois ni urbaniste ni architecte, mon expérience en tant que promoteur immobilier m’a exposé à divers experts du domaine. Une leçon cruciale que j’ai apprise est que la phase de planification d’un projet de cette nature, au-delà de l’expertise de toutes les disciplines impliquées, nécessite un cahier des charges clair du promoteur. Maintenant que notre gouvernement assume le rôle du promoteur, il doit définir ce cahier des charges.

Voici les quatre principes fondamentaux que j’espère voir inclus dans ce cahier des charges :

Vœu n°1 : Préserver le caractère de la région en utilisant ou en revenant aux méthodes de construction traditionnelles, améliorées grâce à de meilleures directives en matière d’ingénierie et de construction.

Vœu n°2 : Accroître la durabilité, la sécurité et la protection grâce à des exigences concrètes et financées.

Vœu n°3 : Améliorer le fondement économique, en particulier pour l’agriculture et le tourisme, les principales activités économiques de la région.

Vœu n°4 : Améliorer la qualité de vie globale et le confort de la population, y compris l’accès aux services et aux commodités.

Lire aussi | Une convergence remarquable de talent et de cœur !

Ces directives peuvent sembler contradictoires dans certaines zones, mais elles ne le sont pas. Permettez-moi de développer brièvement chaque vœu :

Vœu n°1 : Les méthodes de construction traditionnelles, lorsqu’elles sont correctement comprises et appliquées, peuvent être efficaces contre les séismes, les inondations ou les avalanches. Dans certains cas, la planification maîtrisée et les mesures de protection naturelle peuvent renforcer la sécurité des villages. Nous devons veiller à ce que, dans la hâte de la reconstruction, nous préservions le charme unique et l’esthétique de ces régions, qui sont un trésor national.

Vœu n°2 : Les nouvelles normes de durabilité en matière de construction offrent des opportunités en matière d’énergie durable, de construction à faible impact et de zones de protection qui peuvent également servir à la durabilité et offrir des services et du confort.

Vœu n°3 : N’oublions pas que le tourisme et l’agriculture sont des sources clés de revenus pour la population locale. Améliorer ces activités économiques profitera à la population, préviendra la migration vers les zones urbaines et créera des opportunités d’emploi.

Vœu n°4 : La ligne directrice ultime pour la réhabilitation doit être l’amélioration de la vie de la population locale. Cela va au-delà de la construction et englobe le confort, la sécurité, la durabilité et l’accès économique, ainsi que la programmation, les services, l’administration, la technologie, l’éducation, l’accès aux soins de santé et, plus important encore, tous ces éléments de manière économiquement durable. Travailler de manière holistique dans cette région vaste et diversifiée est essentiel. Nous devons nous concentrer sur la planification des nœuds, la planification des villages et des maisons, et tenir compte des défis, notamment juridiques, d’attribution, topographiques, financiers et de déplacement temporaire. Il est essentiel de travailler rapidement mais pas précipitamment, en veillant à ne pas négliger ces principes fondamentaux.

Lire aussi | Une convergence remarquable de talent et de cœur !

Cette région et ses villages ont été la source de nombreuses images emblématiques et de cartes postales utilisées pour représenter le Maroc pendant des années. Notre espoir est que cette région devienne un repère mondial et une référence en matière de régénération rurale durable.

Vous aimerez aussi