Nouveau Ranger Rover : Très élégant et beaucoup plus technologique

by David Jérémie

1970, 1994, 2001, 2012, telles sont les dates clés ayant vu l’apparition des quatre générations du légendaire Range Rover. Et voici que la 5ème génération vient tout juste d’être dévoilée. Il faut dire que c’est la très grande classe ! Beaucoup d’évolutions en tout genre viennent agrémenter ce très luxueux SUV qui joue par ailleurs la carte de l’électrification.

Evidemment sa plastique a considérablement évoluée, héritant de lignes sobres et tendues. C’est surtout la partie arrière qui attire davantage les regards avec des nouveaux feux verticaux reliés par une bande noir laqué. Un inédit coup de crayon mis en valeur par de nouvelles peintures, satinées ou brillantes assorties de packs de personnalisation.

A bord, on dispose d’un espace plus ou moins vaste : tout dépend si l’on opte pour une version longue (5,25m) ou courte (5,05m) du Range. Sur la version allongée, il est possible d’opter pour une 3ème rangée de sièges permettant d’accueillir jusqu’à 7 personnes. A noter que ces sièges supplémentaires peuvent sans difficultés recevoir des adultes de grand gabarit.

Lire aussi | Concours d’élégance : La FMVA fait le déplacement à Hershey en Pennsylvanie

La qualité perçue à bord n’a jamais été aussi flatteuse, au regard des matériaux d’excellente facture, des combinaisons de cuirs, des nouveaux tissus synthétiques et des boiseries. En matière d’équipements technologique, le Range dispose à l’avant d’un écran tactile à retour haptique de 13,1 pouces qui permet l’accès à l’ensemble des fonctionnalités du véhicule. Par ailleurs, de nombreux gadgets viennent agrémenter la vie à bord selon les finitions, dont des écrans, des fauteuils individuels, un purificateur d’air qui élimine allergènes, virus et autres bactéries, voire la présence d’un système de contrôle acoustique intégré à l’audio du Range et capable de gommer les bruits ambiants…

Techniquement, le nouveau Range fait sa révolution. 80% de sa structure est constitué d’aluminium. Toutefois, il accuse toujours 2 454 kg minimum sur la balance, dans sa version courte. L’offre des motorisations s’articule autour de blocs essences, diesels, d’hybridations légères mais aussi des hybrides rechargeables dont l’autonomie a progressé considérablement par rapport à la génération précédente.

Des batteries de 38,2 kwh lui permettraient d’effectuer jusqu’à 100 km en tout électrique. Ces versions seront disponibles en 440 et 510 chevaux, mais pas au lancement. A l’ouverture des commandes, les diesels D250 et D350 étrennant un 3,0 litres de 249 et 350 chevaux sont disponibles. Ajoutez-y une motorisation essence P520 forte d’un V8 4.4 litres Supercharged de 530 chevaux. Au rayon technologique, notons également l’arrivée de roues arrière directrices qui permettent à l’engin de braquer dans un diamètre de moins de 11m pour faciliter la vie du conducteur dans ses manœuvres, surtout en ville.

Comme cela a toujours été le cas pour les générations précédentes, le Range Rover ne rechigne nullement à poser ses quatre roues hors du bitume grâce à ses 6 modes de conduite dédiés justement aux escapades hors des sentiers battus. Encore faudra-t-il que son propriétaire ait le cran d’arpenter les pistes et autres terrain accidenté au volant d’un tel engin à la grille tarifaire haut perchée. Dans le détail, le nouveau Range débute à 122 600 euros en châssis court (D250 SE de 249 chevaux) et 133 300 euros en châssis long (D350 SE de 350 chevaux). La version la plus huppée, en l’occurrence l’essence P530 LWB 1ST Edition délivrant 530 chevaux est affichée 173 700 euros.

Vous aimerez aussi