Karim Tassi : Tout devient possible & accessible à Marrakech

by Abdelhak Najib

Grande figure de la mode, personnage incontournable de la vie à Marrakech, Karim Tassi incarne à la fois traditions, histoire et ancrage résolu dans la modernité. Un style personnel reconnaissable, une signature spécifique pour un travail qui va au-delà des frontières. Personnage cosmopolite par excellence, il partage avec nous son Marrakech, les lieux qu’il aime, ses endroits cultes, ceux qui sont en passe de le devenir, ses secrets, ses petites habitudes et son goût de la vie entre simplicité et luxe.

googletag.defineSlot('/32994918/36', [[300, 250], [640, 360], [300, 600]], 'div-gpt-ad- 1711625054005-0').addService(googletag.pubads());

googletag.pubads().enableSingleRequest(); googletag.enableServices(); });

D’abord Karim Tassi en quelques mots ?
Je suis né à Casablanca en 1966. J’ai obtenu mon diplôme de l’Institut International de modélisme et de stylisme de Casablanca en 1987. Et puis, départ en 1989 pour la capitale de la mode : Paris. 20 ans à Paris. 1ère étape en 1999, présentation de la 1ère collection Karim Tassi à l’Institut du Monde Arabe, je m’en rappelle c’était un 11 mars. Retour au Maroc en 2009, je pose mes valises et mes balises [Rires] à Marrakech qui pour moi, est la ville du Maroc.

Pourquoi Marrakech et pas Casablanca?
C’est vrai que j’ai grandi à Casablanca et que c’est la capitale économique, mais après 20 ans à Paris dans la course folle de la mode, j’ai beaucoup apprécié cette qualité de vie qu’on a à Marrakech. 350 jours de soleil par an, des gens du monde entier, hôtels plus luxueux les uns que les autres. Au quotidien, un vrai marché de légumes, une vue imprenable sur cet Atlas magnifique, un ciel tout le temps bleu, des artisans, une main-d’œuvre inégalable dans tous les corps de métier que ce soit le bois, le plâtre, le cuivre, la soie. On peut tout faire de ses mains et c’est une ville qui est très inspirante.

Pour un créateur comme toi, que t’inspire Marrakech ?
Pour moi, c’est plus qu’une inspiration. C’est presque un fait d’actualité Marrakech aujourd’hui. Géopolitiquement, c’est le Monde Arabe, ce sont tous les nouveaux horizons d’une nouvelle culture mal connue, d’un art de vivre qui n’est pas encore connu.
Depuis dix ans, on vit une espèce de révolution franchement très importante culturellement, sociologiquement, idéologiquement, dans tous les sens du terme. On découvre la cuisine marocaine, on découvre ce qu’est un hammam… un caftan…. Voilà en ce moment, nous sommes sous les feux de la rampe et nous nous devons de montrer aussi les belles réalisations.

Depuis 10 ans, Marrakech est considérée comme l’une des capitales pour certaines modes.
Il faut aussi repositionner ce mot mode. On l’a beaucoup banalisé. La mode n’est pas ce qu’on pense, elle est vraiment un fait de société. Justement, quand un saroual s’installe comme un basique vêtement de collection ou quand on voit un tajine s’inscrire dans des cartes de menu à travers le monde, ce n’est pas un effet de mode. Les gens s’approprient, comprennent et c’est vrai que notre culture devient connue. Je fais toujours la comparaison avec la mode japonaise qui n’est pas une mode, mais un art de vivre qui est aujourd’hui mondial. Partout on mange du sushi, on porte des tongs même au Brésil, un kimono est devenu robe de chambre etc.
Donc notre culture est en train de devenir un axe et un vecteur pour tous les gens de la société.

Quel est aujourd’hui le positionnement de Marrakech ?
Une place dans le palmarès des villes les plus en vogue dans le monde. Cela ne date pas d’hier ni d’il y a 10 ans, cela remonte à bien plus longtemps.ça a démarré avec quelques petits événements. Maintenant, il y a des personnalités et des faits historiques qui se sont positionnés. Il y a des choses qui se sont décidées et jouées ici à Marrakech. L’histoire de Marrakech, c’est l’histoire du Maroc, celle de personnalités influentes politiques, culturelles et qui ont fait que Marrakech est aujourd’hui une ville cosmopolite. Et pour moi, cela ne s’arrêtera pas. On dit toujours que ça s’arrêtera demain, mais non. Pour moi, c’est la ville qui a réussi à se jouer de tous les compromis avec ce qu’elle était, ce qu’elle est et ce qu’elle deviendra. Donc cette ville qui est changeante, il est vrai aussi qu’elle est très captivante, ensorcelante. Elle prend beaucoup d’énergie. Non seulement, il faut y vivre dans tous les sens du terme c’est à dire il faut travailler, il faut sortir et il faut beaucoup d’énergie pour ça.

 C’est vrai qu’elle prend beaucoup d’énergie, mais elle en donne aussi.
Oui elle t’en donne aussi, c’est ce qui te donne envie de continuer.
Quelle est ta journée type à Marrakech ?
Il n’y a pas de journées type, mais on arrive à fournir un travail et aussi faire une pause. Et on peut rencontrer des gens qu’on a jamais imaginé croiser dans sa vie. Donc, tout devient possible et accessible à Marrakech. J’ai choisi cette ville pour y vivre aujourd’hui, et d’ici arriver à rayonner. C’est un peu le chemin inverse. C’est-à-dire je suis parti à Paris et je reviens à la source pour repartir d’une autre manière. Et c’est vrai que j’avais besoin de cette parenthèse pour compléter un peu l’histoire de ma vie, mais aussi l’histoire de mon travail qui est un tout.

Quels sont tes endroits sym-boliques à Marrakech ?
Marrakech pour moi c’est la nature, la ville, la médina, l’urbain, la nuit, le jour, les hôtels de luxe, un olivier dans un champ. Ce sont toutes ces oppositions, ces complémentarités qui donnent à cette ville son côté magique avec cette plaine, cette palmeraie, cette montagne. Il ne manque que la mer à Marrakech.

Quels sont tes restaurants préférés ?
Il y a des restaurants pour tous les goûts. Pour moi, cela peut être le Studio ou la Cantine parisienne, la Collégiale pour une bonne cuisine et un accueil chaleureux.
La Mamounia pour son buffet d’anthologie au bord de la piscine. Le Royal Mansour pour sa table étoilée.
Le Bo &Zine pour son ambiance et ses jardins. Le Fuego pour son spectacle brésilien. Le Comptoir Darna pour ses danseuses. La place Jamaâ El Fna pour ses grillades et son brouhaha. Le Selman pour son restaurant marocain et son haras hors normes. La Famille pour sa cuisine bio… Tellement d’endroits aussi étonnants et époustouflants. Marrakech a réussi ce pari.
Où vas-tu quand tu as envie d’un moment de détente ?
Les moments de détente, cela peut être une fuite à l’extérieur pour se retrouver au bord du lac Takarkoust, dans la vallée de l’Ourika au milieu de nulle part. Finalement dans la palmeraie , dans la ville on peut se détendre au bord d’une belle piscine… Le Namaskar, le Royal Palm, le Palais Paysan, dans un beau jardin, le Beldi country club, jardin Majorelle… Se ressourcer peut être aussi une ballade dans les montagnes, un tour de Wake, une séance de yoga …
Tout est possible encore une fois !

Tu marches dans la ville souvent ?
Je marche dans la médina. Je ne le fais pas souvent mais Mais quand je le fais, j’y passe beaucoup de temps à chiner. J’adore visiter la place des épices parce qu elle est toujours en pleine effervescence et les couleurs sont toujours aussi authentiques. Justement dans la Medina, j’aime bien sortir des sentiers battus et me perdre dans les quartiers des forgerons, des tanneurs… Tous ces lieux donnent l’impression d’un déjà vu mais on découvre toujours des nouveautés. De surprise en surprise !

C’est une ville en mutation constante.
Mutation constante . Elle bouge, s’ouvre et se referme, se déplace. Il y a des gens qui arrivent, d’autres partent ou reviennent et restent pour toujours. C’est ce qui fait Marrakech et ça donne une créativité sans limite. En fait ce renouveau suscite l’intérêt des curieux.

La nuit quand tu sors ?
On peut toujours se trouver un petit coin tranquille pour prendre un verre ou pour diner. Pour un verre,  le 68, un bar à vin très friendly. La Mamounia Très calfeutrée ! Le Café de la poste pour son salon cosy. Apres le diner, il y a l’Epicurien, le Jad Mahal… Plus tard encore le So, le Theatro, le Marynski mon club préféré !
Il faut surtout avoir la forme pour faire tout ça. Alors tu travailles quand ?
Il y un truc incroyable avec moi c’est que j’ai besoin de très peu de sommeil. Quoiqu’il arrive, à 8h30, je suis opérationnel même si je me couche très tard. Après, je trouve le temps de me ressourcer.

Un endroit spécial pour ton Spa et hammam ?
Au fait, j’aime l’expérience du hammam donc j’aime bien en changer. Alors j’essaie un peu toutes les adresses. Il y a le Spa du Cosy Bar, le hammam beldi basique. On ne connaît personne et personne ne vous connaît. C’est tant mieux comme ça. C’est vraiment le hammam. Il y a aussi l’expérience Hammam qui peut être sublime, comme celui du Royal Mansour qui est un vrai chef d’œuvre.

Quels sont tes lieux cultes ou en passe de le devenir ? Un coup de cœur ?
J’aime bien m’évader à Dar Nanka où la suite est mienne lorsque je veux concevoir mes collections. C’est une maison d’hôtes charmante au caractère familial, tenue par des Belges. Comme si on était à la maison. Le Ksar Charbagh est sublime, C’est tout simple, l’architecture est un remake de l’Alhambra, la décoration est andalouse, et il y a de bonnes ondes. J’aime bien me retrancher là-bas. J’aime beaucoup son charme. Les téléviseurs sont camouflés. Les univers et les moments qu’on y passe font des endroits des lieux cultes. Dans le temps, les histoires se font pour garder de bons souvenirs.

Les gens sont fascinés par tes cheveux. Qui est ton coiffeur ?
Alors là, je ne les ai pas coupés il y a bien longtemps ! A Marrakech, j’ai un coiffeur c’est Azzedine et à Casa, c’est Nour.
Voilà. Entre Kech et Casa, mon cheveu balance ! {Rires}

[mpc_grid_images preset= »mpc_preset_4″ images= »4840,4841,4842,4843,4844,4845,4846,4847,4848,4849,4850″ cols= »2″ gap= »3″ image_size= »large » image_opacity= »100″ effect= »none » image_hover_opacity= »100″ overlay_icon_align= »top-right » overlay_enable_lightbox= »true » overlay_icon= »mi mi-fullscreen » overlay_icon_color= »#333333″ overlay_icon_size= »30″ overlay_icon_background= »rgba(255,255,255,0.5) » overlay_icon_margin_divider= »true » overlay_icon_margin_css= »margin-top:25px;margin-right:25px; » overlay_hover_color= »#555555″ image_inner_border_css= »box-shadow: inset 0px 0px 0px 10px rgba(255,255,255,0.01); » image_hover_inner_border_css= »box-shadow: inset 0px 0px 0px 10px rgba(255,255,255,0.75); »]

Vous aimerez aussi