La monarchie prescriptrice

by La Rédaction

Le Maroc fait un effort gigantesque sur la vaccination. Lundi dernier, 400.000 citoyens ont reçu leur première dose. Cet effort a été planifié depuis un an, le Maroc a fait jouer ses relations diplomatiques pour avoir accès aux différents vaccins et passer au travers des fourches caudines des égoïsmes qui ont marqué cette étape historique, alors même que nous savons tous qu’il faut vacciner tous les humains pour vaincre le virus et ses variants successifs. Mais, le Maroc n’est pas resté le nez dans le guidon, face à la situation sanitaire. Contrairement à d’autres pays, totalement englués dans la gestion du Covid, le Maroc a mis en route des réformes structurelles durant cette période. La déconcentration administrative, la réforme des centres régionaux d’investissement, la généralisation de la protection sociale, sont une projection essentielle dans l’avenir. Ce ne sont pas des réformettes, mais de véritables révolutions, affectant l’économie, le social, la vie de tous les jours. La protection sociale coûtera 27 Milliards de dirhams par an au budget de l’Etat, aucun parti n’a proposé un tel effort.C’est le Roi qui l’a fait, et il était le seul à pouvoir le faire. De même qu’il était le seul fondé à exiger de la RAM un effort exceptionnel sur les prix pour les Marocains de l’étranger et bien d’autres décisions fondamentales. Pour comprendre la monarchie marocaine, il faut sortir des clichés. Ce n’est pas une question d’équilibre de pouvoirs, de conflit entre la souveraineté populaire et la légitimité à la fois historique et démocratique du Souverain.Ce que cette année a démontré, c’est que le Roi, incarnation de la Nation, qui n’est pas assujetti à des législatures, est là pour fixer le cap. Et il le fait de manière éclatante, en pleine période trouble, il a tenu le gouvernail d’une main ferme. Les monarques marocains ont cette particularité : ils sont prescripteurs. Mohammed V a dévoilé ses filles en 1947 à Tanger et a affirmé ses choix démocratiques avant l’indépendance, Hassan II a doté le Maroc d’une administration et libéré l’économie, Mohammed VI veut à la fois renforcer le rôle du Maroc à l’international, libérer les énergies et renforcer la cohésion sociale. Il est le porteur du projet national, c’est ce qui explique l’attachement populaire à la personne du Roi.

Lisez gratuitement Challenge e-mag en cliquant sur le lien suivant : https://emag.challenge.ma/799/mobile/index.html

Vous aimerez aussi