Aïn Diab retrouve sa perle d’antan : Villa Boga a rouvert ses portes

by La Rédaction

D’abord une rumeur, puis la confirmation tant attendue : le 7Bis, rue de la Tempête a rouvert ses portes. Le mythique Boga Boga, aujourd’hui rebaptisé Villa Boga, accueille à nouveau les gourmets et les épicuriens.

   

En franchissant le seuil de cette véritable institution fondée en 1982 et qui a marqué les esprits de générations entières, c’est une vague d’émotion et de nostalgie qui vous submergera sûrement, comme si une madeleine de Proust s’animait dans ce lieu empreint de souvenirs. Quel plaisir de retrouver Aziz, le chef de salle, dont le sourire, la gentillesse et le professionnalisme n’ont pas pris une ride !

Un écrin de velours

Dès l’entrée, la Villa Boga se dévoile dans son nouvel écrin où les souvenirs d’hier sont ravivés de douceur toute actuelle. Le décorateur Jean Jacques Radelet a insufflé une touche de mystère séduisant et indéfinissable dans cette Villa qui propose deux univers. D’un côté, la terrasse couverte, habillée tout en frais camaïeu de vert, pour faire honneur à l’arbre que tous les anciens reconnaîtront. De l’autre, une salle à l’atmosphère plus feutrée où un rouge baroque règne en maître incontestable. 

Une expérience culinaire entre passé et présent

La cuisine est devenue le domaine du Chef Michou (Michel Wahaltere), réputé pour sa gastronomie franco-italienne. La carte rend hommage aux plats emblématiques du Boga Boga : la salade spéciale, les crêpes salées (poulet ou fromage/jambon) et sucrées, dont la célèbre crêpe à l’orange. Mais elle propose également une nouvelle ère de découvertes culinaires généreuses et conviviales, avec des créations telles que la sole en mille-feuilles, les rigatoni au foie gras et les coquillettes pour enfants gâtés…

À vous de succomber à la tentation de redécouvrir ce lieu mythique et de faire votre propre jugement, entre nostalgie et nouveaux souvenirs à créer en famille ou en tête à tête.

Vous aimerez aussi