La mode africaine selon Thebe Magugu

by Mounira Tyal

Rayures, dentelle et cuissardes

Âgé de 26 ans, le créateur sud-africain Thebe Magugu a fait sa première présentation à la Fashion Week de Paris cette dernière semaine de février. Il faut savoir que Magugu a reçu l’automne dernier le prestigieux prix LVMH. Premier créateur africain à remporter le concours en sept ans d’existence, Magugu a rendu hommage à sa patrie avec une exposition de photos intitulée Ipopeng Ext, d’après un quartier de Kimberley, en Afrique du Sud, la ville dans laquelle il a grandi. Le nom lui-même se traduit par « s’embellir ». Des portraits élégants et évocateurs de la communauté locale de Magugu tapissaient les murs du musée ; ils avaient été saisis par deux des jeunes créateurs d’images les plus célèbres du continent : la photographe sud-africaine Kristin-Lee Moolman et le styliste Ib Kamara, né en Sierra Leone.

Des souvenirs exquis de l’enfance de Magugu ont été insérés dans toute la collection, y compris une photo imprimée du toit en tôle ondulée de sa tante qui a été abstraite pour ressembler à un denim en détresse sur un pantalon de marabout garni de plumes et de boutons assortis. Inspiré d’une nappe rétro, le trench-coat imprimé d’œillets avait un charme caractéristique tout aussi saisissant.

Au-delà d’une histoire très personnelle, les vêtements de Magugu sont souvent une forme de commentaire social, notamment en ce qui concerne les droits des femmes en Afrique du Sud. Comme l’explique le créateur, l’imprimé est une déclaration politique subtile sur la hausse du taux de discrimination contre la femme dans le pays.

Vous aimerez aussi